Médiation animale

A la une en Juillet 2018

Pour le plus grand bonheur des leurs accompagnatrices, les éclats de rire des enfants ont résonné au plan d’eau municipal d’Angres pour leur dernière séance de médiation animale sous le soleil. 

Depuis le mois de Septembre, les membres de l’association Chiens Sauveteurs  Aquatiques (CSA) se sont lancés dans l’aventure avec trois petits garçons atteints d’autisme et suivis à l’hôpital de jour d’Hénin Beaumont. Thierry Cichocki, le président de l’asso, exprime sa volonté de « valoriser et promouvoir le sauvetage aquatique à l’aide de Terre-Neuves, une race de chiens puissants, capable de tracter de lourdes charges et parfaitement adaptés à l’eau grâce à leurs pattes palmées et à leur double couche de poils. 

C’est au point d’eau municipal d’Angres que les enfants ont profité de leurs derniers moments avec les chiens sauveteurs

Lien entre l’enfant et le chien

L’association souhaitait travailler avec les handicapés et les encadrantes de l’hôpital voulaient se lancer dans la médiation animale. Cathy Druelle, adjointe à la mairie d’Angres, les a mis en relation, et la belle histoire a démarré. 

Avec les trois petits garçons, agés de 5 à 7 ans, le lien s’est créé au fil des séances. « Ils ont parfois du mal à entrer en relation avec des humains, c’est formidable de voir celle qu’ils ont tissée avec les chiens » se réjouit l’une des encadrantes. 

A raison de deux sessions par mois, les enfants ont appris à apprivoiser ces gros toutous, qui leur ont d’abord été présentés à l’aide de pictogrammes, puis de peluches, avant que n’eût lieu la rencontre en chair et en os.

Accrochés au harnais d’Ina et sous la surveillance de Thierry, ils ont pu découvrir de nouvelles sensations

Une évolution visible

« C’était un challenge plutôt osé car ce sont de gros chiens. Petit à petit, nous leur avons montré comment les balader, les nourrir, faire leur toilette…Comme ce sont des chiens d’eau, on tenait vraiment à faire cette dernière séance autour de l’eau pour montrer aux enfants de quoi nos chiens sont capables, explique Thierry Cichocki. Les séances ont été bénéfiques et l’évolution est visible. »

D’abord tractés par Ina, la chienne de Thierry, dans un bateau pneumatique, les enfants sont finalement allés jusqu’à se baigner dans le plan d’eau, avant d’être ramenés au bord accrochés au harnais de leur sauveteuse à poils, et le tout avec le sourire ! « On espérait que la séance se termine comme ça, mais on n’était pas sûrs d’y parvenir », admet le président de l’asso, aux anges.

Avec cette première expérience pleine de succès, tous espèrent réitérer l’aventure l’année prochaine. Reste à trouver les financements nécessaires…

 

 

 

La médiation animale, c’est quoi ?

La médiation animale consiste à faire intervenir un animal soigneusement sélectionné et entraîné par un professionnel spécialisé, auprès d’une ou de plusieurs personnes dont les besoins ou pathologies ont été préalablement ciblés, afin de susciter des réactions favorisant leur potentiel cognitif, psychologique, physique et social.

La médiation animale est un complément à l’intervention de professionnels du soin : pédiatre, psychiatre, orthophoniste, psychomotricien, ou de professionnels du secteur du social.

Elle peut également être utilisée dans le cadre de troubles de l’attention et de la concentration, de dépréciation de soi, de dépression, de solitude et d’isolement.

Il s’agit toujours d’élaborer des projets individualisés et de mettre en place des objectifs opérationnels définis en accord avec les accompagnants tels que le psychologue, l’éducateur, l’équipe soignante ou tout autre professionnel encadrant.

L’intervenant met en place la médiation par l’animal auprès de personnes en situation de fragilité, avec pour objectifs de leur apporter un bien être, de développer leur dextérité, de stimuler les capacités cognitives, d’améliorer leur autonomie, de créer ou recréer des liens sociaux.

Médiation animale avec des enfants autistes de l’hôpital de jour d’Henin Beaumont

Les participants n’ont besoin d’aucune compétence particulière. C’est le contact avec l’animal qui apaise, met en confiance, et crée un contexte favorable pour l’intervenant, qui reste en toutes circonstances le fil conducteur, le porteur du projet d’accompagnement.

L’intervenant utilise l’animal en tant qu’intermédiaire (médiateur) dans une triangulation de la relation entre lui et le participant, afin de permettre à ce dernier d’atteindre, avec l’aide de l’animal, des objectifs fixés dans le cadre de son projet individuel.

La présence de l’animal n’est pas une finalité en soi, on parle de médiation par l’animal lorsqu’elle est utilisée comme support par un professionnel qui l’adapte en fonction de ses acquis et de ses compétences.

Cliquer ici pour lire l’article concernant le Projet d’achat d’un Tiralo. (fauteuil amphibie pour tracter des personnes en situation de handicap).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.